Direction générale des programmes de premier cycle Guide de la directrice et du directeur de programme de premier cycle

Stages

Ressources

Pour les assurances
Santé et mieux-être au travail, Vice-rectorat aux ressources humaines,
dsmet@vrrh.ulaval.ca

Pour la création ou la modification d’un stage
François Béland
Agent de recherche et de planification, DGPC
francois.beland@dgpc.ulaval.ca
418-656-2131, poste 14219

Information complémentaire

Responsabilités

Les stages font partie des formations universitaires depuis de nombreuses années. Ils ont été intégrés graduellement dans la plupart des programmes d’études de premier cycle en raison de leur pertinence pédagogique dans le cursus de formation.

Le choix d’inclure un stage, d’en modifier le nombre de crédits ou encore de modifier le moment où il doit avoir lieu dans le cursus du programme appartient au comité de programme sous réserve de l’approbation du Conseil de la faculté. Cette décision tient compte des ressources disponibles au sein de la faculté (département, bureau des stages le cas échéant, etc.) et dans le milieu professionnel (places de stage).

Règles d’usage

Les stages comportent plusieurs caractéristiques : ils sont obligatoires ou encore optionnels, ils sont parfois rémunérés, certains nécessitent le paiement d’une couverture en assurance et de plus en plus de stages ont lieu à l’étranger.

Pour éviter toute confusion, quelques règles usuelles qu’il faut connaître :

  • Un stage obligatoire engage la faculté à fournir un milieu de stage à l’étudiant au moment prévu dans le cursus du programme d’études : l’étudiant doit pouvoir compléter son programme d’études dans les délais normaux.
  • Un stage optionnel n’engage pas la direction de programme à offrir un stage à tous les étudiants. Parfois, le domaine d’études ne permet pas d’offrir des stages à tous.
  • Le directeur de programme peut autoriser l’étudiant à se trouver un milieu de stage dans la mesure où celui-ci respecte les conditions de réalisation du stage établies par le programme.
  • Lorsque le stage n’est pas rémunéré, on estime généralement qu’un crédit de stage équivaut à une semaine de stage (1 crédit = 45 heures; RÉ, art. 178). Bien entendu, ce temps peut être réparti sur plusieurs semaines.


Les stages avec rémunération se déroulent habituellement sur plusieurs semaines et se font, le plus souvent, durant la saison estivale. Quelques crédits sont accordés pour le travail personnel fourni par l’étudiant notamment pour la rédaction d’un rapport de stage, une présentation orale, etc.

Temps complet/temps partiel

Un stage de 12 crédits et plus correspond au régime à temps complet.
Un stage de moins de 12 crédits peut parfois être considéré à temps complet s’il respecte certains critères du MEES :

  • il a un caractère obligatoire dans le programme;
  • il s’échelonne sur au moins 12 semaines;
  • il n’est pas rémunéré.


Si un stage répond à ces critères, vous devez communiquer avec la DGPC qui fera mettre un indicateur de temps complet à cette activité dans le système de gestion des études.



Mise en garde :

Un stage comportant moins de 12 crédits, qui a lieu durant les sessions régulières (automne et hiver) et qui procure un régime à temps partiel peut présenter certains inconvénients pour l’étudiant :

  • Un impact sur l’aide financière gouvernementale pour l’étudiant qui en est bénéficiaire, notamment en ce qui a trait au montant reçu pour l’année en cours, à la possibilité de bénéficier d’une réduction de sa dette pour avoir terminé son programme dans les délais prévus et à l’obligation de commencer à rembourser son prêt après six mois d’absence d’inscription à temps complet.
  • La perte du statut d’enfant à charge pour les fins de couverture familiale d’assurance-médicament.
  • La perte du taux préférentiel pour le transport en commun.
  • L’étudiant peut subir divers autres inconvénients selon sa situation particulière.


Pour éviter de mauvaises surprises, la direction de programme doit bien renseigner les étudiants sur ces répercussions potentielles.

Abandon et reprise d’un stage

L’étudiant qui a abandonné un stage doit obtenir l’autorisation du directeur de programme pour s’y inscrire de nouveau (RÉ, art. 222).

Par ailleurs, la reprise d’un stage réussi n’est pas autorisée, à moins d’être exigée par le directeur de programme (RÉ, art. 223).

Problèmes de comportement

L’étudiant qui, dans le cadre d’un stage, porte atteinte à l’intégrité physique ou psychologique d’autrui est immédiatement retiré du stage. La direction de programme doit déterminer les suites à donner (RÉ, art. 376).

Stage international et interculturel

Le Bureau international accompagne les directions de programme qui souhaitent établir des partenariats à l’étranger pour offrir à leurs étudiants un stage international et interculturel dans un pays émergent. Ces stages comportent un minimum de 6 crédits, ont une durée minimale de 9 semaines et sont accompagnés d’une bourse. Pour se prévaloir de cette possibilité, l’étudiant doit répondre aux critères d’admissibilité.

Service de placement

Le Service de placement possède une grande expertise de la gestion des stages. Les directions de programme peuvent s’adresser à ce service pour obtenir des conseils sur la gestion et la mise en place d’une offre de stage. Il offre aussi des formations pour aider les étudiants dans leur recherche de stage et dans leur préparation au stage. À la demande des directions de programme, des représentants du service vont dans les classes pour donner de l’information.

Assurances

Tout étudiant participant à un stage doit être couvert par une assurance en cas d’accident dans son milieu de stage ou de dommages causés à des tiers du fait de sa négligence dans l’accomplissement d’actes professionnels.

L’Université souscrit à un régime collectif d’assurance accident et à une assurance responsabilité civile. En ce qui a trait à l’assurance pour les accidents du travail, elle débourse un montant pour chaque étudiant en stage non rémunéré. Lorsqu’il s’agit d’un stage rémunéré, ce coût est assumé par l’employeur et le stagiaire est automatiquement couvert par le régime de santé et de sécurité du travail de la CSST. Les facultés doivent informer la DGPC de la situation de chaque stage de manière à pouvoir identifier dans le système des études les stages qui doivent ou non faire l’objet d’une couverture par l’Université.

Aussi, afin d’assurer une couverture adéquate des étudiants stagiaires, il est important qu’ils soient dûment inscrits à l’activité de stage à la session durant laquelle le stage se concrétise. Par conséquent, il n’est pas souhaitable que le stage se prolonge au-delà de la session à laquelle l’étudiant est inscrit. Ainsi, lorsqu’un stage se réalise sur deux sessions, il faut répartir les crédits entre deux activités.

Pour plus d’information, on peut consulter le document sur la Protection d’assurance de l’Université Laval et, au besoin, communiquer avec la Direction santé et mieux-être au travail, au poste 2110, courriel dsmet@vrrh.ulaval.ca.